Que faire en cas d’absence d’un salarié alors que l’employeur n’a pas d’explication, qu’aucun jour de congé ne lui a été accordé et qu’aucun arrêt de travail n’a été reçu.

Les différentes absences injustifiées

On distingue différentes absences dites « injustifiées ». La première est l’absence sans demande préalable. Il peut également s’agir d’une absence qui avait été au préalable refusée par l’employeur ou bien encore d’une prolongation d’absence sans justification, par exemple après une période de congés payés.

Dans les cas que nous venons de citer, sauf si l’absence est bien justifiée par un imprévu tel que, par exemple, la maladie, un problème familial, alors le salarié concerné a manqué à son obligation dans le cadre de l’exécution de sa prestation de travail. L’employeur peut décider de le sanctionner.

De même, l’employeur peut décider d’une sanction en cas de justification tardive d’une absence.

La sanction dépend des circonstances de l’absence.

Il est conseillé de ne pas agir précipitamment. Selon la situation, par exemple si l’absence est en lien avec un problème relationnel entre collègues ou avec la hiérarchie, la précipitation de l’employeur pourrait se retourner contre lui et interprétée comme une forme de harcèlement.

Toutefois, si l’absence est due à une maladie, le salarié dispose d’un délai pour envoyer un arrêt de travail à son employeur.

Il convient, à toutes fins utiles, de vérifier qu’une autorisation n’avait pas été fournie au salarié.

Et puis, dans certains cas, le congé ne peut être refusé. C’est le cas des congés paternité.

Démission

Une démission nécessite un acte sans ambiguïté et non équivoque de la part du salarié.

Si l’employeur n’a aucune nouvelle de son salarié, il ne peut pas considérer qu’il s’agisse d’un acte claire et non équivoque en vue d’une démission.

Mise en demeure

Dans le cas où l’employeur a la certitude que son salarié n’a pas d’autorisation d’absence et que le délai d’un arrêt de travail est dépassé, il peut tout à fait agir en envoyant à compter du troisième jour une lettre (en recommandé avec avis de réception) de mise en demeure pour justifier l’absence ou bien reprendre le poste de travail au plus vite.

×

On vous rappelle !

On vous rappelle