En cette période de printemps, de nombreux salariés posent des congés payés. Le mois d’avril est donc l’occasion de rappeler à tous que, en dehors de certaines exceptions, il est impératif de solder ses congés payés avant la date du 30 avril. Cette date est le 31 mai pour un certain nombre d’entreprises. A défaut, ces jours seront définitivement perdus.

Dans la plupart des sociétés, les congés sont pris sur la période du 1er mai au 30 avril, éventuellement le 31 mai.

Cette période qui correspond à la prise de congés peut être déterminée par un accord entreprise ou bien définie par une convention collective. En l’absence d’accord, la période de prise de congés est fixée par l’employeur. Cette période doit correspondre a minima du 1er mai au 31 octobre.

Dans certains cas, le report peut être autorisé.

Il est par conséquent conseillé aux département ressources humaines et aux gestionnaires de paie de préparer un bilan avec tous les salariés pour établit le nombre de jours à prendre avant l’une des dates butoirs afin de planifier les congés payés dans les temps.

De même, une vérification avec tous les salariés s’impose afin de s’assurer que chacun à pu prendre ses congés.

En effet, au cas où un salarié accuse son employeur de ne pas avoir pu prendre ses congés par sa faute, il est en droit de réclamer des dommages et intérêt au Conseil des Prud’Hommes après avoir prouvé un éventuel préjudice.

Report sur une autre période

Au cas où un salarié ne peut prendre ses congés pour raison de santé comme une maladie, un accident du travail, une maternité, etc. alors es congés seront reportés. Ils ne seront pas perdus.

Au cas où la société dispose d’un compte épargne-temps, tout salarié pourra le créditer avec ses congés non pris. Il s’agit de la cinquième semaine.

×

On vous rappelle !

On vous rappelle